Actualités
Résultats des finales du championnat de France Universitaire de Savate - AZZAM, athlète valeureux!  
21/03/2014

Blessé à l'épaule, Kamel AZZAM avait du renoncer aux combats de qualification de la Zone Nord Est du championnat de France de Full Contact Classe A organisés à Thourotte (60) les 8 et 9 mars. Il avait sagement préféré le repos et les soins pour recouvrer ses moyens pour le reste du championnat - France Kick Boxing classe A, France Universitaire en Kick Boxing et en Savate. Mercredi 19 et Jeudi 20 mars, il aura été un boxeur valeureux mais malheureux; non seulement, sa blessure l'a empêché de se livrer pleinement mais le tirage ne lui a pas été favorable, vraiment pas! Retour sur l'événement.

Kamel aura livré 3 assauts et s'inclinera en 1/4 de finale, ratant ainsi une place sur le podium. Traînant une vilaine blessure à l'épaule depuis de longues semaines, il avait déjà du renoncer à ses engagements sur le circuit fédéral combat en Full Contact et Kick Boxing Classe A et il n'a pas voulu abdiquer en assaut universitaire. Mais, définitivement, Kamel aura joué de malchance cette saison.
 
En effet, même sur le championnat universitaire, la guigne le suit puisqu'en guise de mise ne bouche, il se voit affronter un membre de l'équipe de France Assaut, également membre du Pôle France Savate de Toulouse. Rien que ça! Pourtant, ce n'est pas cet affrontement qui sera le plus difficile à appréhender, au contraire. De l'aveu du Dijonnais, "une boxe de qualité est toujours plus "facile" à travailler. Les coups sont propres. En général, ça boxe vite, technique. Il y a peu de déchets, pas de mauvais coups et cela permet vraiment de sortir ce qu'on a de mieux en nous". La rencontre sera serrée mais le résultat, en défaveur de Kamel.

Défait mais pas vaincu! Galvanisé par ce duel de haut vol, Kamel expédie littéralement l'adversaire suivant. Il remporte en effet son second assaut, même avec 2 avertissements pour coups insuffisamment contrôlés en assaut. Attention, en effet, à la puissance qui est bannie en assaut. Kamel le sait mais c'est avant tout un combattant qui évolue toute l'année en plein contact et on ne gomme pas si facilement certains automatismes. De plus, son traumatisme à l'épaule le lui offre pas du tout le confort auquel il est habitué, confort qui lui permet de freiner plus facilement les ardeurs de ses adversaires (ndlr - Kamel est un combattant de boxe anglaise émérite, fort d'une expérience de plus de 10 ans).

Ce n'est pourtant pas la puissance qui sanctionnera le Dijonnais lors de son troisième et dernier assaut mais une erreur de distance. En effet, au cours de la toute première reprise, Kamel lâchera un fouetté bas "école" mais le tibia remplacera la chaussure (ce qui est formellement interdit dans le règlement de la Savate - ndlr) et viendra s'écraser sur la cuisse de son adversaire. Ce dernier sera inapte à poursuivre et les juges prononceront logiquement et unanimement la disqualification de Kamel. En Savate, il est, en effet, impossible de gagner sur un coup "interdit" c-a-d non règlementaire (coups de tibia, de coude ou encore, en assaut, trop puissants) ou donné sur une zone interdite (partie génitale, nuque, gorge...), même si ce coup est donné involontairement. De l'avis de tout spécialiste, cette règle est d'une logique presque mathématique. Pourtant, en sports de contact, elle n'est pas appliquée et le non sens est bien là: Comment est-il possible de remporter un combat avec un coup interdit? Cela va non seulement à l'encontre des règles mais aussi de l'éthique, non?  



Toutes les actualités