KICK BOXING
Le KICK BOXING est né au Japon après les jeux Olympiques de Tokyo en 1964, en parallèle du Full Contact/Boxe Américaine. Ce sport de contact emprunte les coups de poings de la Boxe Anglaise et les coups de pieds du Karaté kyokushinkai et autorise même les coups de genou direct (sans saisie); c'est d'ailleurs ce qui inspirera le K1 rules qui n'est autre que le JAPAN KICK BOXING originel que le championnat K1 World Grand Prix a rendu célèbre à l'échelle planétaire. Comme en Boxe Thaïlandaise, les parades et les frappes avec le tibia, dans les jambes notamment (Low Kicks) sont autorisées. En revanche, aucune saisie ou temps de lutte n'est permis.

Aujourd'hui, il est géré par la seule fédération agrée, la FFSCDA, et représenté par des Equipes de France; de nombreux clubs le dispense. Comme les autres sports de combat, les rencontres "ASSAUT" (puissance interdite) et "COMBAT" (recherche du KO) sont régies par des catégories de poids et le niveau des pratiquants (ceintures) et leur expérience (amateurs, professionnels).

Le pratique du Kick-Boxing nécessite un parfait contrôle de soi, tant en matière d'énergie que de concentration. C'est un sport complet où l'on apprend à dominer ses émotions, à canaliser sa peur, son agressivité, son stress, et qui donne une image différente du « contact » que l'on peut avoir avec ses semblables. En combat, l'autre, bien sûr, est perçu comme un adversaire, mais avec respect, respect qui se veut l'écho de l'esprit martial originel du Kick Boxing et qui est garanti par un règlement strict et la rigueur pédagogique de son enseignement. Le Kick Boxing est vite apparu comme un sport du futur, adapté à l'évolution de notre société et au besoin d'expression des jeunes.

Les conditions de pratique compétitve sont identiques à celles du Full Contact.